Que visiter ?

Bruxelles : la capitale de l'Europe bâtie sur des marais

Bruxelles. Son nom viendrait de Broekzele, le terme "Broek" signifiant "marais". Il n'y a pas si longtemps de cela, ce n'était encore qu'une grosse bourgade assez terne, sans grande ambition. Aujourd'hui pétillante de vie, elle est devenue la capitale de l'Europe, et une "métropole eurocratique".En tant que capitale de l'Europe, Bruxelles est une ville débordante d'idées et d'esprits cosmopolites. Mais jadis aussi, c'était une ville où de grands maîtres comme René Magritte et des créatifs comme Hergé (le père spirituel de Tintin) se sentaient chez eux.
Avec des expositions de niveau international (de Star Wars jusqu'au mobilier funéraire chinois), elle est capable de rivaliser avec Londres et Paris. Les services touristiques et associations de guides proposent de nombreuses promenades thématiques : art, mode, quartier européen, bande dessinée, découverte du quartier des Marolles... Il y a même moyen de télécharger des promenades en MP3 sur Internet.
Pour les expatriés (et Belges intéressés), The Bulletin est un bon hebdomadaire d'information en anglais depuis 1960. Le site museumtalks.be est un excellent guide en diverses langues. Des Bruxellois de toutes nationalités y évoquent dans le détail les facettes Art Nouveau de Bruxelles, le Musée Juif ou les squelettes du Musée d'Histoire Naturelle. Il y a même moyen de partir à la découverte de cette ville depuis son ordinateur ! Tout cela est coordonné par les élèves de la Haute École Érasme.
A propos, parlons-en, du célèbre humaniste Érasme. La très belle habitation qu'il occupait (tout près de la station de métro actuelle Saint Guidon) est aujourd'hui un musée agrémenté de jardins et d'un béguinage. Le site Internet erasmushouse.museum est quadrilingue, même en latin !
N'oubliez pas le 50e anniversaire de l'Expo 58 - mais il faut venir de mars pour ne jamais en avoir entendu parler : un événement qui a marqué la Belgique, et Bruxelles en particulier. Il sera célébré par des dizaines d'activités.
Il y a un bureau de tourisme dans l'hôtel de ville et un autre sur le Marché aux Herbes. Munissez-vous d'un bon plan, si possible détaillant les galeries, tunnels et escaliers. Cela vous épargnera pas mal d'efforts, car d'un point de vue architectural, la structure de Bruxelles est assez complexe, et les différences de niveau sont importantes.

Les incontournables de Bruxelles

Commençons par l'Atomium évidemment. Rafraîchi récemment, c'est une balise dans le paysage et un jeu de boules de Noël unique au monde. Le soir, les illuminations sont féeriques. L'entrée, malheureusement, n'est pas bon marché.La basilique de Koekelberg, l'un des plus grands édifices religieux de la planète, en haut de la tour de laquelle on jouit d'un panorama magnifique sur la ville. Plus surprenant : la présence d'une taverne dans les caves, juste avant l'entrée. Quant aux grandes festivités qui marquent la vie de notre maison royale, elles se déroulent davantage à la cathédrale Saint-Michel et Gudule, les deux saints patrons de la ville.
Bruxelles est aussi l'une des capitales de l'Art Nouveau et de l'Art Déco.
  -   Le Musée de la Bande Dessinée, hébergé dans un bel édifice signé Victor Horta.
  -   Le Musée des Instruments de Musique, dans le remarquable immeuble du Good Old England, surmonté d'un restaurant panoramique.
  -   L'amateur s'informera sur un véritable joyau, le palais privé Stoclet sur l'avenue de Tervuren.
Le Musée d'Histoire Naturelle : un institut national qui présente la collection d'iguanodons trouvés à Bernissart. Rafraîchi tout récemment, présentation très contemporaine.
Le palais royal. Admirez les anciennes fondations de la ville. Les serres du palais de Laeken sont ouvertes au mois de mai. Les nocturnes y sont vraiment magiques !
Autres idées à la pelle ?
Les expositions au BOZAR (le musée des Beaux-Arts) et sa belle salle de concert.
Au total, il y a plus de 80 musées, dans presque tous les domaines: Jacques Brel, René Magritte, tram, publicité, science, bière, architecture, chocolat, jouet, médecine, judaïsme, planétarium...
Sans oublier bien sûr le pavillon chinois et la tour japonaise, le Parc du Cinquantenaire avec l'Autoworld et le musée de l'Armée... On se croirait à Berlin ! La Bibliotheca Wittiockiana est une merveille de raffinement.

Que faire à Bruxelles ?

On l'a dit, la ville est un tourbillon de manifestations en tout genre. En voici quelques-unes en guise d'apéritif.
Nous apprécions tout particulièrement La Fonderie, une ASBL qui oeuvre depuis des années à sauvegarder le patrimoine architectural et artisanal. Magazines et cahiers thématiques.
Pour l'anniversaire de l'Expo 58, faites appel à un guide bruxellois qui vous révélera les facettes cachées du plateau du Heysel et de l'Atomium. Vraiment prenant !
Pas toujours évident de progresser en bicyclette à Bruxelles. Consultez le site Internet www.iris.be, il propose des cartes avec pistes cyclables en téléchargement. Les balades en bateau sur le canal Bruxelles-Vilvorde ne sont pas désagréables.

Promenades au centre-ville

Autour de la Bourse, des Grands Cafés d'exception. On aperçoit les fondations séculaires de la ville au travers de grandes fenêtres vitrées.
Allez boire une pinte ou un vin aux cerises au théâtre de marionnettes Toone. Dans la rue Tabora et le Marché aux Herbes, les tavernes La Bécasse, Au Bon Vieux Temps et A l'Imaige de Nostre Dame. A croire que dissimuler des lieux aussi fabuleux dans de si minuscules venelles est un sport national !
Le légendaire café A la Mort Subite dans la Rue-Montagne-aux-Herbes Potagères 7.
Autour de la grand-place
En été, c'est un vaste espace de terrasses et de fleurs. Allez vous désaltérer d'une Kriek, Faro ou Geuze dans l'une des très grandes tavernes.
Effleurez de la main les cuisses de la statue en cuivre forgée en l'honneur du bourgmestre Charles Buls et pénétrez dans la cour intérieure de l'hôtel de ville, pour vous rendre dans le quartier du Manneken Pis.
Beaucoup de magasins de pralines, et encore plus de touristes japonais. Les arômes ne passent pas inaperçus : les commerçants ont en effet découvert à quel point il était facile de séduire les touristes par l'odeur de fontaines de chocolat chaud.
Impossible d'être complet, citons encore un Chinatown à l'ouest de l'avenue Anspach, les Halles St-Géry, la très branchée rue Antoine Dansaert, la place Sainte-Catherine ; de l'autre côté de la ville, le quartier européen, et plus loin encore, le Bois de la Cambre, Tervuren et le Musée de l'Afrique...

Plaisirs de table : la gastronomie bruxelloise

Bruxelles est la capitale de l'Europe, c'est aussi l'une de ses capitales gastronomiques. Tout d'abord parce que la cuisine belge est très réputée et aussi savoureuse que la française. Avec des portions plus généreuses et des compositions souvent plus réalistes. Le sommet de la pyramide ne souffre aucun commentaire : Comme Chez Soi, Villa Lorraine...Toute autre chose que les restaurants de la Rue des Bouchers, qui ne sont que des pièges à touristes, à l'exception de quelques enseignes, comme Aux Armes de Bruxelles.
Pour des adresses exotiques, bon marché ou aux idées nouvelles, furetez dans les quartiers autour de l'université ULB à Ixelles. Une cuisine du monde au milieu des kots d'étudiants et des copycenters. Parking non garanti !
Parmi les délices, pas forcément dans le bon ordre : des gaufres bien chaudes, qu'elles viennent de Liège ou de Bruxelles, les escargots ou caracoles, les marrons chauds. Les végétariens doivent se rendre à La Tsampa.
Essayez aussi l'un des plats populaires par excellence : le Stoemp. De la purée, des petits légumes finement écrasés et un solide morceau de lard ou de saucisses. Ou un énorme filet américain avec un jaune d'oeuf dans une demi coquille, mélangé devant vous par le serveur avec de la sauce Worcestershire. Et celui qui aime les abats se mettra à la recherche de 'Choesels'.
Terminez éventuellement le repas par une Mandarine Napoléon, de la maison Fourcroy (qui n'est pas française mais bien bruxelloise).
Les sites Internet restaurants.be et resto.be dressent (dans les deux grandes langues nationales) un bel aperçu des adresses et spécialités.
Un bon petit repas? Faites votre choix et servez-vous!

Les sorties à Bruxelles : de l'opéra au disco

Au moins 15 théâtres (ceux pour enfants et de marionnettes non compris !), voilà qui suffit pour répondre à toutes les attentes et toutes les envies. Il y a tellement d'activités que l'on ne sait plus où donner de la tête, ni que choisir. Une star à Forest National, dans un dancing ou au centre culturel un groupe qui monte, là encore un illustre inconnu dans un cabaret. Certains sont extrêmes (à la limite du sadomasochisme), d'autres sont très chouettes et ouverts au grand public, de 7 à 77 ans. Parmi les centaines d'exemples, Chez Adrienne, bien dissimulée dans une cave derrière l'entrée de la basilique géante de Koekelberg. En journée, un bon café accompagné d'un énorme morceau de gâteau ou une casserole de moules servie par des garçons fort sympathiques. Et le week-end ? Un spectacle travesti, rien de moins !
L'opéra par excellence est évidemment La Monnaie, ou jadis a brillé le grand maître en la matière, Béjart. Poussez la porte, à gauche, du café La Lunette, pour y demander une coupe géante remplie de bière, de vin ou d'une boisson rafraîchissante.
Comment passer sous silence - c'est impossible - les créateurs de pralines. Ici aussi, il y en a pour toutes les bourses, de Leonidas à Godiva, en passant par Daskalides et Marcolini.
De la praline au chocolat, il n'y a qu'un pas que nous franchissons allègrement avec Planète Chocolat et le Musée du Chocolat, où se tiennent souvent des démonstrations. Si le chocolat se mange, le café se boit, sur une terrasse chauffée de l'Hôtel Métropole sur la place De Brouckère par exemple - n'oubliez surtout pas d'admirer l'intérieur, fabuleux.
Si vous craquez pour les sucreries, n'allez surtout pas au salon de dégustation du pâtissier Wittamer, au Sablon, ni chez De Bailleul, une adresse au moins équivalente : vous risqueriez d'éradiquer vos bonnes intentions de régime.

Le shopping à Bruxelles

Bon sang, par où commencer ? Difficile à dire. Ce que l'on trouve à Paris, on le trouve aussi à Bruxelles. Mais souvent sensiblement moins cher ! Serait-ce nous répéter que d'affirmer qu'il y en a absolument pour tous ?
L'axe commercial est celui de la Rue Neuve, avec à son extrémité le grand centre City 2. Considérez-le comme un vaste show-room de chaînes commerciales internationales. L'adepte de la mode arpente plutôt le quartier de la rue Dansaert, et ses "célébrités mondiales locales".
Bruxelles est un monde de galeries. Bien situées, bien abritées, pleines de charme.
Les galeries Saint-Hubert tout près de la grand-place : le chic des sacs à main du Bruxellois Delvaux, la fine fleur de la maroquinerie et d'objets de grand luxe.
La galerie de la Porte Louise et, sur la chaussée d'Ixelles, celle de la Toison d'Or. Très bien achalandées, mais moins élitistes que la très chic avenue Louise. Paradoxe : poursuivez via la galerie vers la chaussée de Wavre, et vous vous retrouvez dans le quartier Matonge. En plein milieu de l'Afrique, ou presque !
Tout autre genre, la Galerie Agora sur la Grand-Place. Autrefois petite galerie hippie alternative, maintenant univers bigarré bourré d'inspiration. Paires de chaussures pour travestis, pantalons 'baggy', vestes en cuir 'Matrix', sacs à main, bijoux et bonnets rasta. Et des toilettes publiques toujours très propres...
Les marchés nous ont toujours fascinés. Normal, c'est là que résonne l'âme de la ville. De petits marchés comme celui de Saint-Gilles, des grands comme celui du Midi (le dimanche) et d'Anderlecht (surtout le dominical).
Le choix est gigantesque. L'atmosphère exotique. Et les prix... d'amis !
Le marché aux puces de la Place du Jeu de Balle est un autre lieu à découvrir. Venez-y tôt, sans quoi les bonnes affaires ne seront plus ... si bonnes que ça. Cette place se trouve au milieu du quartier populaire des Marolles, où se côtoient fraternellement les cafés populaires et les boutiques tendances.
Si votre budget n'est pas celui de Crésus, vous trouverez plusieurs implantations de Dob's sur l'étroit tronçon de la chaussée de Louvain. C'est la bonne adresse pour trouver, avec un peu de chance, la bonne affaire sur des étagères entières de fins de série de grandes marques. Un vrai phénomène ! A l'autre extrémité de l'univers des emplettes, les antiquaires raffinés du Sablon. A noter : il s'y tient aussi une brocante en journée.